Comme je l'écris régulièrement en évoquant mes photos de volatiles, je suis souvent confronté à l'épaisseur d'une vitre qui m'empêche d'avoir une bonne qualité d'image surtout en gros plan et/ou recadrage + agrandissement. Et si j'ouvre la fenêtre, les oiseaux s'enfuient.

Sauf les mésanges qui semblent habituées mais qui sont si mobiles que cadrages et mises au point sont parfois rock 'n' roll. Et puis, malgré la possibilité d’utiliser le grozoum, la gente ailée est à la fois rikiki et pas très proche de moi (une bonne quinzaine de mètres).

b160303i2468.jpg

Mon poste de guet
(fenêtre de la cuisine)

Mangeoire tout à gauche, fixée à un tube de PVC amovible pour faciliter la tonte, au centre deux boules de graisse (moineau sur celle de gauche, mésange sur celle de droite) accrochées de part et d'autre d'un vieil hibiscus et à droite un banc en pierre avec deux tourterelles qui picorent quelques graines posées là par un Mirovinben compatissant.

Je me plains, je râle, j'essaye tant bien que mal de justifier des résultats photographiques qui... que... quoi...

Bref, on dit souvent : "les ouvriers ont toujours de mauvais outils". Ce qui peut être interprété de plusieurs façons :

  • excuse cachant un manque de savoir-faire,
  • absence de respect pour le matériel.

Je vous laisse choisir.